Les enseignements du premier match du Real Madrid de la présaison 

Photo de Jude Bellingham, Fede Valverde et Rodrygo célébrant la remontada contre l’AC Milan, le 23 juillet 2023
Bellingham, Valverde et Rodrygo célébrant la remontada contre l’AC Milan – Crédits : compte Twitter @realmadrid

Il n’est jamais facile de tirer des leçons d’un match de préparation se déroulant à l’avant-saison, d’autant plus lorsqu’il s’agit d’une rencontre amicale. En effet, les équipes accueillent de nouvelles recrues, les joueurs se préparent physiquement, les enjeux sont infiniment faibles… Pour autant, la présaison constitue toujours un moment essentiel : d’une part, les supporters sont ravis de revoir leur équipe sur un terrain de football et, d’autre part, l’entraîneur est en mesure d’évaluer ses hommes, tout en essayant de nouveaux systèmes de jeu.

Carlo Ancelotti : l’envie d’innover

Le tacticien italien Carlo Ancelotti a d’abord souhaité tester un nouveau plan de jeu : mettant de côté son traditionnel 4-4-3, il était ici question d’un 4-4-2 « en losange ». Cela équivaut à tirer une croix sur les ailiers (habituellement Vinicius et Rodrygo) en optant plutôt pour un milieu renforcé au sein duquel un joueur occupe le rôle de numéro 10, c’est-à-dire de milieu offensif.

On peut expliquer cette décision par le fait que les deux stars brésiliennes n’étaient pas tout à fait prêtes pour débuter la rencontre, d’autant que le Mister avait certainement à cœur d’aligner ses nouvelles arrivées. Pourtant, en l’absence – pour le moment – d’un buteur d’envergure, il se pourrait bien que ce plan de jeu soit le nouveau système préférentiel de Carlo Ancelotti.

Ainsi, contre l’AC Milan, l’entraîneur madrilène a choisi d’attribuer ce rôle de numéro 10 à la pépite anglaise Jude Bellingham, qui a d’ailleurs fait forte impression. Avec un 4-4-2 « en losange », puisque les ailes ont tendance à être davantage désertées en l’absence d’attaquants sur les côtés, il est nécessaire d’avoir des défenseurs latéraux qui se projettent et qui apportent de véritables atouts offensifs. Lucas Vázquez n’a pas été mauvais puisqu’il était lui-même ailier par le passé, tandis que Ferland Mendy n’a pas dégagé une grande aisance, ce qui laisse penser que Fran Garcia sera préféré dans ce rôle de piston gauche.

En revanche, l’avantage de ce système en 4-4-2 réside dans le fait de pouvoir compter sur un milieu particulièrement dense. Cet élément joue largement en la faveur de Valverde et Camavinga qui sont connus pour leur immense volume de jeu. Ces derniers se sont d’ailleurs révélés à l’aise contre l’AC Milan, au côté d’un Toni Kroos tout en maîtrise.

Il reste maintenant à savoir si Vinicius et Rodrygo sauront s’adapter à ce 4-4-2, ou s’ils préfèrent au contraire évoluer sur les ailes en s’appuyant sur un « 9 » comme ils le faisaient avec Karim Benzema. Fait non négligeable, ce système de jeu offre un avantage lorsque les deux attaquants à la pointe sont dotés d’une vitesse exceptionnelle, à l’image de Vinicius et Rodrygo, car ils peuvent piéger les défenseurs adverses dans la profondeur. Affaire à suivre…

Des cadres toujours au top, des recrues ayant l’envie de convaincre

Pour revenir à ce Real Madrid – AC Milan, les supporters du Real Madrid peuvent d’abord se rassurer en constatant que les cadres répondent présent pour assurer la continuité. Fede Valverde a été impressionnant, montrant une grande forme physique : élu homme du match, auteur de deux buts en dehors de la surface, constamment dangereux sur le plan offensif, remportant la plupart de ses duels, récupérant le ballon menant au troisième but madrilène…

Même s’il ne s’agit que d’un match amical, la Casa Blanca a une nouvelle fois prouvé que la remontada fait partie intégrante de son ADN. En effet, la première mi-temps s’est conclue par une avance de deux buts pour les Milanais ; à ce sujet, la défense du Real Madrid devra dégager davantage de solidité et de sérénité lors des prochains matchs de cette présaison, surtout qu’elle pourra compter sur le retour de son immense gardien Thibaut Courtois. Après une première période plutôt laborieuse, les hommes de Carlo Ancelotti ont renversé la situation grâce au doublé de Fede Valverde et au but de Vinicius à la fin du match.

Au-delà de Valverde, ce sont les indétrônables Toni Kroos et Luka Modrić qui ont montré qu’ils en avaient toujours sous le pied. L’Allemand est le joueur qui a réussi le plus de passes dans le dernier tiers du terrain, tandis que le Croate a délivré une merveille de passe décisive à son coéquipier brésilien pour offrir la victoire à Madrid. Et puisque nous entrons dans une nouvelle ère, les plus jeunes – à commencer par Jude Bellingham, mais aussi Brahim Diaz et Fran Garcia – ont montré une belle envie de gagner leur place au sein de leur nouvelle équipe. C’est encourageant pour la suite et il sera intéressant de voir évoluer le Britannique au côté des deux flèches brésiliennes !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut