Interview de Grégoire Devaux (Real Madrid TV)

Logo du Real Madrid TV, le média du Real Madrid
Logo du Real Madrid TV. Crédits : Real Madrid TV

Hala Madrid France : Puisque tu fais partie des (très) nombreux « travailleurs de l’ombre » du Real Madrid, nous te laissons quelques minutes pour t’introduire brièvement et expliquer le rôle spécifique que tu occupes au sein de notre club de cœur.

Grégoire : J’ai rejoint le service anglais de Real Madrid TV début mars, où j’y effectue un stage. Tout ce que vous voyez sur RMTV, sur la section anglaise, que ce soit les vidéos, les deux journaux quotidiens à 20h et à 23h et tous les commentaires de matchs et d’entraînements, c’est nous qui nous en occupons. Nous sommes une toute petite équipe, il y a trois personnes qui sont employées toute l’année et il y a deux stagiaires. On sait qu’il y a beaucoup plus de personnes qui regardent la version espagnole logiquement, mais on veut quand même étendre les activités et promouvoir la plateforme anglaise parce que cela intéresse de plus en plus de monde. D’ailleurs, pour aider à développer cela, il y a une Real Madrid Play (ndlr : plateforme avec tout le contenu vidéo du club, avec plus de 700 heures déjà disponibles) qui a été lancée, une toute nouvelle application.. 

« Quand on entre dans Valdebebas, on est pris par l’immensité. »

HMF : En « off », tu nous évoquais Valdebebas, avec la Ciudad Real Madrid. Dis-nous-en un peu plus sur l’environnement et les infrastructures du club.

G : Pour être honnête, c’est impressionnant. Ça sent le succès, ça sent la réussite, ça sent l’excellence. Quand on entre dans Valdebebas, on est pris par l’immensité. Par l’entrée principale, par laquelle on entre, en premier c’est le bâtiment pour l’équipe de basket. Ensuite, on doit aller tout au bout pour arriver aux infrastructures de l’équipe première et de football. Avant, il y a l’équipe féminine un peu à gauche, avec pas mal de terrains et une infrastructure très moderne. Quand tu te balades dans les locaux, il y a plein d’images des légendes du Real Madrid, des phrases pour inspirer la confiance et la volonté de bien faire. Honnêtement, je n’ai pas vu beaucoup de centres d’entraînement de clubs professionnels, mais voir celui du Real Madrid c’est impressionnant. Tu sens que tout le monde veut se donner à fond : pas que les joueurs, tout le staff, les employés… C’est vraiment immense.

HMF : On imagine qu’en tant que Français tu te sens quelque part privilégié d’intégrer l’institution. On voulait savoir comment tu évalues la part d’étrangers en dehors des Espagnols au sein du club, dans l’organisme ?

G : Pour être honnête, au niveau européen, je pense qu’à part les Espagnols il n’y a rien, je suis l’un des seuls étrangers. En revanche, il y a beaucoup de Sud-Américains parce qu’ils parlent espagnol, ce qui rend la tâche plus facile pour s’intégrer et s’adapter au club. Sinon, dans la section anglaise, il n’y a pas de natif anglais, j’ai été un peu surpris de cela. Ce sont des personnes qui ont pour seconde langue l’anglais, un peu comme moi. En effet, je me sens un peu privilégié, surtout qu’il n’y a pas beaucoup de Français au sein du club au sens large. On peut avoir quelques opportunités quand ils ont besoin de Français, c’est valorisant.

« Je peux juste vous dire que nous avons eu des consignes, parce que le Real Madrid TV est au courant un peu avant. »

HMF : On souhaitait revenir sur un événement qui a marqué tous les fans du Real Madrid récemment. La légende Karim Benzema vient de quitter Madrid. Comment le club a-t-il vécu et géré cela, puisque trois départs venaient déjà d’être annoncés ? Avez-vous reçu, au sein du média Real Madrid TV, des consignes particulières, comme en gestion de crise ?

G : Je ne peux pas tout dire à propos de ce qu’il se passe ou du moment où on l’a su. Je peux juste vous dire que nous avons eu des consignes, forcément, parce que le Real Madrid TV est au courant un peu avant. Le club sait que si l’information fuite, ça vient forcément de quelqu’un qui est de l’intérieur. Ainsi, nous avons des consignes très strictes en ce qui concerne les départs et les arrivées. On nous prévient tout le temps au conditionnel, mais on se prépare à d’éventuels départs en produisant des vidéos. La plupart du temps, on fait tout au conditionnel. La plupart du temps, on fait tout après que ce soit officiel.

HMF : Tu viens de Lille et tu aimes le LOSC, tu as d’ailleurs fondé un média sur ce dernier. Avec tes expériences, es-tu en mesure d’établir les différences entre ces deux clubs tout en observant des points communs ? Tant dans le traitement de l’information que dans la gestion du club, de l’académie, du centre de formation… 

G : Oui. Déjà, le Real Madrid est beaucoup plus « corporate » et on autorise moins le second degré. Par exemple, tout ce qui est TikTok, c’est beaucoup moins exploité à Madrid qu’à Lille. Même dans les réseaux sociaux, il faut tout le temps que ce soit très carré et professionnel. Néanmoins, en temps normal, au Real Madrid ils ne prennent position pour rien, ils ne veulent pas faire le buzz. Par exemple, il ne me semble pas que le Real Madrid ait félicité Manchester City pour la Ligue des Champions, alors que plusieurs clubs l’ont fait.

En fait, le Real Madrid n’a pas besoin d’une « fan base » parce qu’il l’a déjà.

Pour ce qui est des points communs, il n’y n’en a pas vraiment car ce sont deux clubs très différents. Ayant déjà été en contact avec Lille, je me souviens qu’ils aimeraient avoir une page, un média sur le LOSC, puisque ça leur ferait de la publicité. Mais en même temps, le premier nom de ma page était « We Are LOSC » et ils avaient menacé de m’attaquer en justice parce que j’avais le nom « LOSC ». Cela montre qu’ils étaient contents d’avoir des pages de fans car ça leur faisait de la promotion et ça relayait leur actualité, mais en même temps ils voulaient garder l’hégémonie et la supériorité. Aussi, j’avais la plus grosse page fan du LOSC et j’ai dû modifier le nom parce qu’ils me disaient que c’était une marque déposée.

HMF : Combien êtes-vous à travailler au sein du club et quelles sont les différentes fonctions et les divers métiers que peuvent exercer les employés du Real Madrid ? Les joueurs et l’entraîneur sont sous les feux des projecteurs en permanence, ainsi que le président Florentino Pérez, mais peux-tu nous expliquer en quoi ceux qui ne sont pas mis en avant détiennent tout autant les clés de la réussite que les premiers acteurs ?

G : Au Real Madrid, je n’ai pas été beaucoup au contact du staff et dans l’intimité du club donc je ne connais pas l’ensemble des différents rôles mais je sais qu’il y a des personnes pour chaque job. Par exemple, il y a plusieurs personnes pour Twitter, plusieurs pour chaque réseau social, il y en a même qui s’occupent uniquement de Twitch. En revanche, pour Real Madrid TV, la section anglaise est moins étoffée, nous ne sommes que trois ou quatre, contrairement à la section espagnole qui est énorme, où ils sont entre trente et quarante. Ils font tout ce que vous pouvez imaginer : pour le graphisme, il y a une personne qui s’occupe juste du graphisme ; il y en a plusieurs qui se chargent d’écrire les scripts que d’autres personnes vont utiliser à chaque émission en direct… Par exemple, les personnes qui sont en live sur RMTV ne sont pas celles qui écrivent les scripts, afin d’optimiser les qualités de chacun et d’en tirer le meilleur. Ensuite, il y a un secteur uniquement sur la documentation et ces personnes-là peuvent trouver en deux minutes toutes les images liées au Real Madrid. Par exemple, si tu demandes le premier but de Benzema il y a 14 ans, ils peuvent le retrouver très vite. Ils peuvent trouver la première confrontation entre Manchester City et le Real Madrid, même si c’était en 2004 ou autre. Ce sont des personnes avec lesquelles on est en contact tous les jours pour nous donner les archives, les vidéos pour que nous puissions les monter dans la section anglaise ou espagnole. On monte nos propres vidéos, tout le monde a un rôle ‘’double-casquette’’ (ndlr : dans la section anglaise) alors que dans la section espagnole, chacun a un rôle dédié. Par exemple, moi à la section anglaise, je dois commenter, faire du montage vidéo, je dois faire du voice-over, je dois écrire.

HMF : Comment est traitée l’actualité madrilène dans son ensemble ? Comment vérifier le vrai du faux ? Comment obtenir les informations importantes et en exclusivité ?

G : Pour avoir des nouvelles, chaque matin il y a plusieurs personnes qui s’occupent de regarder chaque média, comme MARCA notamment, pour voir ce qu’il s’y dit, ou même dans El Chiringuito, et pour voir si jamais on doit faire ne serait-ce qu’une déclaration. Quand il y a des fake news, le Real Madrid dit que c’est faux. On est très à carreau à ce niveau-là. 

En outre, on regarde aussi ce que font les autres clubs, surtout les rivaux bien sûr, Barcelone et l’Atlético. On regarde beaucoup ce qu’il se dit, telles que les déclarations, si jamais il y a quelque chose sur quoi on peut rebondir, on le fera, parce que ce sont des rivaux et que le Real Madrid veut toujours avoir la supériorité, dans tout ce qui est relatif à l’actualité footballistique.

HMF : As-tu des relations privilégiées avec certains cadres de l’institution madrilène ? Cela peut être à la fois des joueurs de l’équipe de basket, de l’équipe féminine ou alors peut-être des joueurs français du Real Madrid (Tchouaméni, Camavinga…). As-tu une anecdote sympathique à nous partager ? 

G : J’ai eu l’opportunité de traduire une interview d’Eduardo Camavinga, c’était une interview en français pour Nike. En conséquence, je me suis occupé de la traduire en anglais pour que la section du Real Madrid valide ce qui a été dit. Néanmoins, je n’ai pas rencontré personnellement le joueur mais c’est toujours intéressant de savoir que le Real Madrid compte sur toi pour traduire une interview d’un joueur. D’autre part, je n’ai pas eu l’opportunité de rencontrer ou de parler à un quelconque joueur.

Cependant, j’ai été accrédité pour plusieurs matchs et dans ces cas-là je suis en tribunes presse ou parfois en bord de terrain. Ainsi, il m’arrive de voir les joueurs à deux mètres de moi. Ce soir encore, je serai en bord de terrain pour la demi-finale des playoffs pour la Castilla (ndlr : match contre la réserve du FC Barcelone, victoire 3-0 du Real Madrid après une défaite 4-2 lors du match aller, cette victoire permet à la Castilla d’affronter le club d’Eldense lors du dernier barrage et d’avoir une opportunité de monter en deuxième division pour la saison prochaine).

HMF : Concernant le mercato, comment s’organise le transfert d’un joueur ? Comment le club contacte un autre club, le joueur, ses agents, etc… ? Quel est le cheminement du début à la fin ? 

G : Au sein de Real Madrid TV nous n’avons pas réellement d’informations à ce sujet. On nous dit simplement au conditionnel : « commencez à vous préparer pour untel ou untel » car il se pourrait que ce soit officialisé ou qu’il faille préparer des éléments pour la semaine suivante parce que tout pourrait s’accélérer. En revanche, nous ne connaissons pas les différentes étapes ou les négociations au cours d’un transfert. Pour les prolongations des contrats, nous sommes plus ou moins au courant de qui va prolonger et de qui ne va pas prolonger, nous avons des échos plusieurs fois par semaine mais jamais quelque chose d’officiel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut